Haïku #627

Les moustiques habillent

Le corps d’un être en folie

Dans le matin entrouvert.

RB