Haïku #582

Mon carnet que j’ouvre,

On y lit les pensées mortes,

On y fait mûrir le temps.

RB