Haïku #564

Le froid prend la nuit soudaine,

Là où l’on s’échappe,

Cloportes, jazz et ramens.

RB